Sélectionner une page

Un ancien nous parle : Samuel FAUCHON

par | 29 Mar 2021 | BTS Gestion et Protection de la Nature, Les "anciens" ont la parole ! | 0 commentaires

Qui es-tu ?

Je m’appelle Samuel FAUCHON, j’ai été étudiant en BTS GPN de 2007 à 2009.
Ton parcours depuis le départ du lycée ?
Dès le lendemain de ma soutenance de stage, je commençais à travailler à l’ICIRMON (Institution du Canal d’Ille et Rance Manche-Océan Nord). Je n’avais pas prévu ça dans mon plan de carrière mais il se trouve que ma maitre de stage (stage réalisé pendant mon BTS) était enceinte. La structure (l’ICIRMON) dans laquelle j’avais effectué mon stage recherchait donc un remplaçant pendant la durée de son congé maternité. J’ai candidaté et j’ai été retenu. Ensuite, j’ai souhaité poursuivre mes études. A la rentrée de septembre 2010, j’ai donc préparé une licence professionnelle MTCT (Métiers Techniques des Collectivités Territoriales) à Saint-Brieuc que j’ai obtenu en juillet 2011. En septembre de la même année, j’ai été recruté dans la structure évoquée précédemment (en remplacement de mon ancienne maitre de stage qui avait décidé de changer de travail). J’ai occupé ce poste durant 2 ans. J’ai ensuite réalisé une mission temporaire, en remplaçant, à nouveau, une personne en congé maternité, au sein du service Espaces naturels du Département d’Ille et Vilaine avant d’exercer les missions sur mon poste actuel depuis avril 2014.
Le poste que tu occupes aujourd’hui ?
Je travaille actuellement au Conseil Régional de Bretagne en tant que technicien Aménagement – Environnement au sein de la direction des voies navigables qui gère la quasi-totalité du réseau fluvial breton soit plus de 500 km de voies navigables (plus de 5 500 ha). Je veille à ce que l’environnement, et plus particulièrement la biodiversité, soit pris en compte dans toutes les actions de gestion et d’aménagement. Je réalise des inventaires et des suivis de la biodiversité, j’élabore des référentiels d’aménagements et de gestion (gestion différenciée des dépendances vertes, …) j’élabore des dossiers d’autorisation environnementale, j’anime des réunions, des groupes de travail, j’encadre des stagiaires et apprentis notamment en BTS GPN !

Les compétences développées au lycée nécessaires dans ton poste ?

Toutes, même si je dois avouer que l’anglais et les mathématiques me servent en réalité très peu. Les compétences développées en BTS sont en lien direct avec mon métier. La formation est très bien conçue, je m’en aperçois aujourd’hui. Je dois même avouer que je retournerai bien en BTS pour suivre quelques cours que je n’avais écoutés que d’une oreille …

L’utilité de tes expériences vécues (stage, ateliers, TP, cours théoriques, rencontres…) ?

En premier lieu, le stage. Comme évoqué précédemment, l’opportunité d’avoir réalisé mon stage dans cette structure m’a ouvert des portes. Je ne serais sans doute pas au même endroit si j’avais réalisé un stage dans une autre structure. Et puis des matières générales comme le Français (on y pense pas en premier lieu) m’ont beaucoup aidé pour obtenir le concours de technicien de la fonction publique territoriale (il faut rédiger une note de synthèse). Nous avions également fait un MIL sur le SIG et la cartographie des habitats le long du Loc’h, en plus du fait que j’avais adoré, je réalise ces tâches tous les jours. Et puis une matière comme le sport ce n’est pas anodin, on fait des métiers physiques. Marquer des arbres à gîtes (à chauves-souris) en forêt toute une journée en enjambant les ronces ce n’est pas de tout repos.
Tes perspectives d’avenir ?
Question difficile. Si on m’avait posé la même question à la sortie de mon BTS, je n’aurais certainement pas imaginé et indiqué ma situation actuelle.
Je n’envisage pas de changer de poste à moyen terme. Je viens, malgré tout, en plus de mon travail actuel, d’être nommé, après avoir candidaté, en tant qu’expert intuitu personae au CSRPN (Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel) de Bretagne pour un mandat de 5 ans. Je suis également adhérent dans plusieurs associations, ça ne me laisse pas trop le temps de réfléchir à un changement de poste. C’est aussi parce que je suis pleinement épanoui dans mon travail actuel. Et puis la biodiversité est une quête professionnelle perpétuelle. Prenons l’exemple de la flore vasculaire, une de mes passions, rien qu’en Bretagne, il y a plus de 2500 taxons le temps de les connaitre tous, c’est déjà pas mal pour une carrière professionnelle.
Merci !