Voyage désespéré vers l’Europe depuis l’Afrique

par | 27 Jan 2020 | Divers | 0 commentaires

L’étude de la migration illégale de l’Afrique subsaharienne vers l’Europe sous forme d’exposition s’est tenue au CDI pendant deux semaines, du 13 au 25 janvier. Il s’agissait d’une exposition destinée à informer les étudiants et les professeurs sur les défis détaillés et le parcours risqué que certaines personnes empruntent pour arriver en Europe et sur la raison pour laquelle elles choisissent de vivre en Europe plutôt qu’en Afrique.

Cette exposition a suscité l’intérêt de certaines classes qui voulaient savoir comment certains migrants arrivaient en Europe en traversant la Méditerranée par bateau. Elle a également mis en lumière les problèmes de certains pays africains comme la pauvreté, le chômage, la santé, la violence ethnique et bien d’autres encore.

Elle a montré aux élèves les conditions difficiles auxquelles ils sont confrontés sur le chemin de l’Europe, dans le désert de Libye. Il s’agit notamment de la famine, de la soif, de la mort et des migrants attaqués par des voleurs à main armée et des terroristes qui extorquent les voyageurs pour leur argent.

La Libye est le principal pays de transit vers l’Europe car elle est proche d’un pays comme l’Italie et son contrôle maritime est faible. Le voyage dans le désert de Libye jusqu’à la côte prend généralement un minimum de sept jours à parcourir à pied.
Certains voyageurs sont fatigués de marcher dans le désert et se déshydratent, ce qui entraîne parfois des pertes de vies humaines en raison des conditions climatiques difficiles qu’ils ne peuvent pas supporter. Certains choisissent de rester en Libye et de travailler pendant des mois pour gagner un peu d’argent afin de poursuivre leur voyage vers l’Europe.

Après leur arrivée sur les côtes libyennes, ces migrants sont censés verser des sommes d’argent proches de 150 euros chacun pour acheter un petit bateau et poursuivre leur voyage en groupe en utilisant la mer Méditerranée.

En route sur la mer, ils ont du mal à localiser leur itinéraire car ils n’ont pas de capitaine qualifié à bord pour les aider à diriger leur bateau vers les côtes européennes pour y être secourus. Il leur arrive de se perdre en mer. Lorsque les voyageurs n’ont pas de chance, les vents violents qui soufflent sur la mer peuvent faire couler leur embarcation et tuer toutes les personnes à bord en raison du nombre important monté à bord du petit bateau.. Ils n’ont généralement pas de gilet de sauvetage pour les soutenir en cas de difficulté. Il leur faut normalement près d’un an pour retrouver les côtes de l’Europe

Après leur arrivée en Europe, les migrants qui ont la chance d’arriver sur les côtes sont secourus par des garde-côtes à l’aide d’un bateau spécial.
Ils choisissent de vivre en Europe plutôt qu’en Afrique, mais malheureusement les attentes ne sont pas satisfaites tout de suite. Ils deviennent des réfugiés et sont maintenus dans des camps spécifiques pendant des mois et des années avant de demander l’asile.
Ils n’obtiennent pas les meilleurs emplois qu’ils rêvent d’avoir, ni ne jouissent de la vie meilleure qu’ils souhaiteraient avoir. Ils deviennent un fardeau pour le pays et la vie devient très dure pour eux.

Les pays de la région subsaharienne sont généralement connus pour utiliser des moyens aussi dangereux pour arriver en Europe. Les migrations illégales sont un moyen risqué et certaines mesures telles que le renforcement des frontières européennes, l’apport d’emplois en Afrique et l’augmentation des salaires des travailleurs africains pour gagner leur vie peuvent y mettre un terme.

R. MENSAH

Portes Ouvertes - Vendredi 15 mai de 16h00 à 20h00 et Samedi 16 mai de 9h00 à 17h00
Les pré-inscriptions pour la rentrée 2020 peuvent se faire via notre site (lien ci-dessous)